bondage c'est quoi, définition

Les rencontres BDSM  proposent une série de pratiques préliminaires et sexuelles basées sur la coercition, la douleur et même l’humiliation.

De ce point de vue, le bondage est probablement l’un des plus célèbres de tous, puisqu’il est pratiqué depuis des décennies également en FRANCE. En fait, il y a des milliers d’amoureux du sadomasochisme et du masochisme, qui aiment se rencontrer et créer ce lien de domination / soumission caractéristique de ces jeux érotiques.

D’autre part, il faut aussi dire que beaucoup ont entendu parler de ces actes, mais en réalité ils ne les connaissent pas vraiment. C’est pourquoi dans cet article, nous vous parlerons de la signification du bondage, en expliquant exactement ce que c’est et quelle est son histoire.

L'histoire du bondage

Tout d’abord, il serait bien de commencer par préciser que le mot «bondage» signifie «esclavage» ou «servitude», mais qu’il est utilisé exclusivement pour désigner précisément ces pratiques sexuelles qui font partie du BDSM.

Son histoire est pour le moins fascinante: s’il est aujourd’hui possible de distinguer deux types de bondage (japonais et made in USA), en réalité ces pratiques sont nées au pays du Soleil Levant.

Au Japon, ils sont connus sous le terme «Kinbaku» ou «Shibari», et les deux étiquettes se réfèrent à des techniques érotiques qui consistent en ceci: attacher une personne pendant les préliminaires érotiques ou lors de rapports sexuels réels.

En réalité, le Kinbaku n’est pas né comme une pratique érotique, mais comme un développement d’un art martial connu sous le nom de «Hojojutsu», pratiqué avant tout par des samouraïs: cet art voit la présence de nombreuses techniques pour lier les prisonniers avec des cordes.

Hojojutsu semble être né pendant la période Edo, et lier un ennemi avait également un but symbolique très fort: à l’époque, en fait, la liaison était vécue par la victime comme une profonde humiliation et honte, au point que lier une personne sans raison valable était considéré comme un crime très grave.

Disons que le symbolisme relatif aux humiliations demeure encore aujourd’hui, et a été transféré (mais de manière positive) à l’esclavage. Il y aurait mille choses à dire sur Hojojutsu, mais nous sommes intéressés à approfondir son évolution érotique, à savoir Kinbaku ou Shibari.

Cet art, comparé à la version moderne ou occidentale (donc le bondage), est beaucoup plus complexe: à Kinbaku, les soumis prennent souvent des positions contre nature qui sont vraiment douloureuses pour les gens ordinaires, car elles sont typiques des gymnastes.

Bondage c'est quoi, définition bdsm

De plus, il est bon de dire que là-bas le maître est appelé « cordier », et que la corde utilisée est toujours en jute. Puis Kinbaku est également arrivé en Occident et a d’abord été adopté par les États-Unis d’Amérique, ce qui l’a simplifié et l’a rendu accessible même pour les passionnés européens.

Enfin, il faut souligner que la mode Kinbaku a explosé au Japon en 1950, grâce à la naissance de certains magazines du secteur, qui devinrent plus tard très célèbres.

Bondage signification et psychologie

Vouloir faire un petit résumé, du bondage, nous entendons toutes ces pratiques (et il y en a beaucoup) qui impliquent de ligoter le partenaire lors d’un rapport sexuel ou pendant les préliminaires.

Les ligatures doivent toujours être consensuelles et peuvent se dérouler de mille manières différentes, en utilisant non seulement des cordes, mais aussi d’autres accessoires tels que des menottes, des lacets et des sangles en cuir ou en latex, des corsets, des chaînes, des cagoules, des camisoles de force, etc.

En résumé, cette technique sadomasochiste consiste à bloquer complètement le partenaire, l’empêchant souvent non seulement de bouger, mais aussi de parler, d’écouter et d’entendre. En pratique, le sujet est totalement dépendant du maître, qui décide toujours de la position que la personne doit prendre.

Parmi les techniques de bondage les plus populaires, on se souvient de la corde, une pratique qui consiste littéralement à suspendre la personne attachée au plafond, donc laissée en suspension.

Les amateurs de bondage appellent cet état d’immobilité «ropespace» (il existe aussi une association dédiée à Paris), bien que des termes plus forts et plus évocateurs tels que «momification» ou «privation sensorielle» soient fréquemment utilisés. Cela est dû au fait que le sujet est si étroitement lié qu’il perd sa sensibilité aux membres.

À cet égard, il convient d’approfondir la question psychologique de l’espace de corde précité: selon les experts, ceux qui pratiquent habituellement cette activité le font souvent pour se libérer de toute anxiété ou responsabilité, car ils finissent par être totalement dépendants de quelqu’un d’autre.

Le bondage est alors considéré comme une pratique extrêmement agréable, car l’état d’immobilité, associé au lien émotionnel avec le maître de corde, stimule la production d’endorphines (les hormones du bonheur).

L’ocytocine et l’adrénaline augmentent également, créant un mélange capable de laisser un état de grande lucidité et une forte perception sensorielle. Cela explique pourquoi le bondage n’est pas considéré comme une forme de perversion, mais comme une source de plaisir sexuel extrême.

Pourquoi essayer ces pratiques sexuelles

Nous comprenons parfaitement que l’approche du bondage demande un peu de courage, surtout parce que c’est une pratique qui cause de la douleur. Ceux qui ne sont pas habitués aux positions imposées par le maître des cordes, en effet, pourraient même être gravement blessés.

C’est pour cette raison qu’il est toujours conseillé aux débutants de commencer par les bases, c’est-à-dire ce qu’on appelle le «soft bondage». Ce dernier est constitué d’une fixation très simple, qui se limite aux pieds et aux mains, évitant les positions trop contraignantes.

Bien sûr, pour éviter de trop se blesser, il est toujours le cas de suivre les règles et de lâcher tout excès: de ce point de vue, il convient de s’appuyer sur une personne experte, qui peut donc nous guider vers un coffre-fort du plaisir et la pratique du bondage.

Pourquoi devriez-vous l'essayer?

En plus des raisons vues dans le paragraphe précédent, vous devez prendre en compte le potentiel sexuel de ces pratiques érotiques. Nous parlons d’un ensemble de jeux qui sont excellents pour animer la vie sexuelle d’un couple et pour raviver cette étincelle perdue, augmentant considérablement l’excitation.

Deuxièmement, l’esclavage renforce énormément la confiance en son partenaire de la part de ceux qui sont immobilisés. De plus, il renforce le sens de responsabilité du maître envers cette personne, étant donné que son sort lui est confié dans son intégralité. Par conséquent, quiconque pense que le bondage est une forme de perversion sexuelle (ou pire encore une maladie mentale) se trompe.

Différences entre bondage et sadomasochiste

Très souvent, on entend parler de bondage avec BDSM, et c’est normal puisque les deux sont sur la liste des pratiques BDSM. D’un autre côté, il ne faut pas confondre les deux, car ce sont deux choses très différentes.

Quelles sont les différences? Dans l’esclavage, la douleur et l’humiliation sont infligées simplement avec l’immobilité et les liens. On parle donc d’une pratique dont l’effet sur la personne est particulièrement lié à un enjeu psychologique et émotionnel, se font dans la douceur: les gestes violents et autres formes de domination étrangères à l’immobilité ne sont quasiment jamais présents.

Si vous avez lu notre article sur la signification du BDSM , cependant, vous savez déjà que la violence est un ingrédient beaucoup plus présent ici, par rapport au bondage. Dans ce cas, dans le BDSM, les impositions sont beaucoup plus physiques, car les punitions sont infligées par le biais de fouets et d’autres accessoires à fond érotique.

Il est clair que les niveaux de tolérance sont différents, car dans le premier cas, il faut prendre des positions très compliquées, tandis que dans le second, le problème est précisément les punitions physiques telles que les coups de fouet.

BDSM Bondage

Qu’il s’agisse de bondage ou de masochisme, il est essentiel que le jeu soit mené sans risque et par deux sujets consentants. Vous devez toujours prendre des précautions et savoir quand vous arrêter, car pendant le jeu, l’excitation et la montée d’adrénaline peuvent vous faire perdre le contrôle.

Pour cette raison, un mot de passe est toujours utilisé, s’il est prononcé, il invite l’enseignant à arrêter immédiatement tout ce qu’il fait.

Aussi pour cette raison, il est conseillé de s’entraîner beaucoup, avant de se consacrer aux activités et techniques BDSM les plus extrêmes. Considérez, en fait, que le bondage mal pratiqué peut également causer des blessures permanentes aux nerfs et aux ligaments.


Fatal error: Uncaught Error: Call to a member function listFiles() on null in /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-content/plugins/w3-total-cache/CdnEngine_GoogleDrive.php:595 Stack trace: #0 /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-content/plugins/w3-total-cache/CdnEngine_GoogleDrive.php(615): W3TC\CdnEngine_GoogleDrive->path_get_id('wp-content/cach...') #1 /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-content/plugins/w3-total-cache/Cdn_Core.php(738): W3TC\CdnEngine_GoogleDrive->format_url('wp-content/cach...') #2 /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-content/plugins/w3-total-cache/Cdn_Plugin.php(764): W3TC\Cdn_Core->url_to_cdn_url('/wp-content/cac...', '/wp-content/cac...') #3 /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-includes/class-wp-hook.php(303): W3TC\Cdn_Plugin->w3tc_minify_http2_preload_url(Array) #4 /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-includes/plugin.php(189): WP_Hook->apply_filters(Array, Array in /homepages/27/d863578215/htdocs/clickandbuilds/BHSlavery/wp-content/plugins/w3-total-cache/CdnEngine_GoogleDrive.php on line 595